lundi 11 décembre 2006

Pourquoi devrions nous cesser notre mouvement ?

Nous savons les causes de notre mouvement de grève: nous voulons assurer, à tous, une défense de qualité; or depuis des années l'état fait supporter à notre profession le poids de la solidarité nationale. Celra rend cette défense de plus en plus difficile.

Aujurd'hui, les bonnes âmes nous expliquent les raisons de cesser notre grève. Schématiquement et dans le désordre, ce sont les suivantes:

- nous avons obtenu une augmentation substantielle: 8, 10, 12... selon que l'on inclut ou non les augmentations intervenues depuis 2000..., ce qui est quand même assez croquignolet puisque l'on jaugerait ainsi une revendication actuelle au regard des gains passés !!

- nous n'obtiendrions rien de plus, puisque le budget est voté... Comme si l'état ne dépassait pas régulièrement ses enveloppes budgétaires, pour régulariser ensuite... cela s'appelle un collectif budgétaire. Il y en a qui ont suivi, jadis, des cours de finances publiques...

- notre grève interviendrait au mauvais moment: il est vrai que depuis 6 ans nous guettons le bon moment, et qu'on ne sait pas quand il arrivera !

- des assises sur l'aide juridictionnelle vont intervenir, la date est même fixée. C'est vrai... et alors ? Une fois les assises tenues, qui votera, et quand, la grande loi à venir... la prochaine mandature, la suivante, dans 2 ans, dans 10 ans ?

- la loi sur l'assurance de protection juridique va intervenir... D'une part elle n'est pas votée, d'autre part, elle n'interdit pas les réseaux, en sorte qu'elle ne concerne que les Cabinets déjà en charge de la protection juridique. (Pour voir le texte actuel, http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/VisuArticleCode?commun=CASSUR&code=&h0=CASSURAL.rcv&h1=1&h3=15 , pour voir le projet de texte: http://www.senat.fr/leg/ppl06-086.html ). L'interdiction des réseaux, seule véritable garantie du libre choix de l'Avocat par le justiciable est passée à la trappe, par le moyen d'une habileté...

- la loi sur la protection juridique prévoirait le libre choix de l'avocat: "Eclat de rire"... Elle le prévoit depuis des décennies.

- enfin la même proposition énoncerait "Les honoraires de l'avocat sont déterminés entre ce dernier et son client, sans pouvoir faire l'objet d'un accord avec l'assureur de protection juridique". Comme si les assurances n'avaient pas les moyens de "suggérer" à leur réseau des montants d'honoraires...

Voici, le bilan actuel de notre grève pour l'heure: une augmentation infinitésimale, une absence de refonte des barême, des promesses et une loi croupion à l'intérêt plus que limité.

Voici pourquoi nous devrions cesser notre mouvement, quand il commence juste à produire quelques effets. Merci bien !

Aucun commentaire: